YAHYA AKYÜZ

Abstract

Selim III, qui monta sur le trône l’année de la Révolution fran-çaise (1789), s’est efforcé durant tout son règne (1789-1807) d’appli-quer à l’Etat ottoman une série de réformes d’ordre militaire, écono-mique, politique et éducatif, dont l’ensemble porte le nom de Nizam-i Cedit (Ordre Nouveau). Parmi celles, par exemple, qui affectèrent les docteurs de l’Islam et les professeurs de medressé, il figure l’inter-diction de la vénalité des charges et des postes. Mais nous sommes imparfaitement renseignés dans ce domaine.

Aussi un document que nous avons trouvé aux Archives d’Etat de la Présidence du Conseil à Istanbul revêt-il une importance parti-culière à cet égard, en nous révélant que le Sultan avait tenu à étendre la réforme disciplinaire aux medressés de la province comme à ceux de la capitale. Le document en question est une lettre adressée par le gouverneur de Bursa (Brousse) au Sultan et informant celui-ci qu’il avait été procédé à Bursa, conformément à ses ordres, à des recherches concernant certains individus qui, s’infiltrant dans les medressés s’y livraient à des actes répréhensibles. On aurait identifié trois de ces individus qui, déguisés en étudiants de medressé, se promenaient portant sur eux des “armes de guerre”, fréquentaient les prostituées, pratiquaient la pédérastie et entretenaient des relations avec des gens méprisables. Ces faits ayant été établis par le témoignage de personnes dignes de foi ainsi que par une enquête judiciaire, les coupables auraient été appréhendés avec leurs armes et envoyés à Istanbul pour y subir leur châtiment.

Ce document, intéressant au point de vue de la réforme discip-linaire des medressés à la fin du XVIIIe siècle, l’est aussi au point de vue de la langue: les individus en question y sont nommés yobaz, mot qui, d’après les dictionnaires, signifie “fanatique, rustre, homme grossier”, mais le contexte suggère plutôt “ruffian, homme de sac et de corde”. Signalons que yobaz dérive probablement de yavuz, vieux mot turc qui signifie “sévère, violent, terrible”.